Le lycée sous le signe de l'arbre aux 1000 écus
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Purikura en folie [Mitsu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eiichi Togawa
Élève de la 2-A

avatar


Personnage
Âge : 17 ans
Chambre / Appart : 109

A savoir :

MessageSujet: Purikura en folie [Mitsu]   Jeu 19 Juil - 6:33

Eiichi renifla. A voir la tronche du ciel, il ne devait pas faire bien chaud... Pas cool.

A la décharge de la température, les deux lycéens s'étaient arrachés, en ce samedi matin maussade, assez tôt de leurs plumards respectives. Il faisait encore nuit quand ils avaient quitté l'école, décidés à ne pas manquer le train, puis la première navette. On ne rigolait pas avec une journée au parc d'attractions, si on ne se levait pas à l'aube pour être les premiers à entrer, ça ne comptait pas vraiment. Entre ce départ aux faux airs d'école buissonnière et le petit déjeuner improvisé dans le compartiment, au milieu des salary-men endormis, les deux jeunes gens avaient déjà eu leur lot de fous rires ce matin. Pour sa part, le couturier avait failli recracher le café de sa canette au nez de sa camarade mais heureusement pour elle, il aurait été trop embêté de tâcher ses vêtements et avait donc préféré s'étouffer tout seul. C'était beau, ce sens du sacrifice !

Le front à présent collé à la fenêtre du bus, Eiichi observait le temps. Ciel gris, mer agitée, léger crachin... Pour un début de mois de novembre, ça n'était vraiment pas terrible, et pour une journée dans au parc d'attractions, encore moins ! Sortant son portable, il pianota quelques instants puis fourra la page météo sous le nez de sa voisine :

"Normalement il fera meilleur après."

Enfin, la navette déboucha sur le parking du quai et les deux japonais purent s'extirper de leurs sièges. Ils n'étaient pas beaucoup à avoir eu le courage de venir si tôt, surtout des jeunes d'ailleurs, et Eiichi prit le temps de s'étirer en ré-enfilant son sac correctement. Il ne serait pas trop nombreux à faire la queue et un Togawa ne plaisantait pas avec les faux plis. Enfin, ce Togawa là en tout cas. Pour l'occasion, le jeune homme avait sorti une belle veste de son placard dont le col officier, le bleu sombre et les boutons argentés lui donnaient fière allure. Et accessoirement, vu la température pour le moment, il ne regrettait pas de l'avoir enfilé. Replaçant son écharpe grise par dessus le tout, Eiichi regretta un instant de ne pas avoir de miroir mais pour le moment, il avait quand même mieux à faire et il présenta un bras guilleret à Mitsu :

"Si mademoiselle veut bien se donner la peine."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mitsu Rowani
Déléguée de la 2-A

avatar


Personnage
Âge : 17 ans
Chambre / Appart : 207

A savoir :

MessageSujet: Re: Purikura en folie [Mitsu]   Jeu 26 Juil - 23:43

Depuis une semaine, la 2-A était animée par deux boute-en-train survoltés. Pour changer de l’ambiance morose des dernières semaines dévolues à l’étude – les examens de décembre approchaient à grands pas -, ils avaient décidés de partir à la conquête d’un parc d’attraction. L’expédition soigneusement montée durant les interclasses, à grands renforts de messe-basses de gamins joyeux, devaient donc se tenir le samedi entre le couturier et la nouvelle déléguée de classe. On pouvait toujours se demander pourquoi et comment Mitsu avait atterri à ce poste. Peut-être les derniers événements dans sa petite vie tranquille lui avaient donné envie de profiter de la vie dans ses moindres possibilités, fussent-elles jugées ennuyeuses par la plupart des gens.

Au petit matin du grand jour, Mitsu s’était levée grâce à non moins de 5 alarmes différentes sur ses deux réveils, son smartphone et grâce à une camarade de chambre exaspérée par le tintamarre. Non, non, la demoiselle n’a pas du tout de la peine à se tirer hors de son plumard, cela n’est qu’une impression. Une fois vêtue assez chaudement, mois de novembre et prévision météo obligeaient, la jeune fille traîna les pieds jusqu’à la salle commune, lieu du premier rendez-vous avec son petit Eiichi. Difficile à dire si elle s’éveilla soudainement pour faire bonne figure devant son camarade ou si la bonne humeur et l’énergie la contamina. Toujours était-il qu’elle s’était brusquement éveillée et en pleine forme à son contact. Bien que plein de rire, le périple vers le lieu des réjouissances sembla interminable à la lycéenne. Aussi, entre deux activités, Mitsu s’arma de son carnet de croquis fétiche pour faire naitre sous son coup de crayon des Eiichi-chibi accompagnée de Mitsu-chibi en train de faire les imbéciles. Il fallait ça, au moins, pour ne pas se laisser miner par le temps de cochon.

A la sortie des transports, Mitsu referma étroitement son caban col officier – oui, la grande mode cette année - sur sa petite robe rouge unie, façon robe chinoise. Pour trancher avec le coté éventuellement un peu trop habillé de la tenue, elle portait une paire de bas rayé rouge et noire – son « type » favori décidément – sur une paire de bottines avec très peu de talons – il ne faudrait pas que le jeune homme se sente trop dominer par la demoiselle -. Elle revissa son trilby – assorti évidemment - sur son crâne. Quand on prévoit une sortie avec le maître incontesté du look du lycée, il faut tout de même lui faire un minimum honneur ! Aussi, non seulement les vêtements étaient parfaitement coupés mais aussi créations d’un couturier en vogue à Tokyo. D’ailleurs, depuis que Mitsu s’était rapprochée de son camarade de classe, la manie de sa mère de jouer avec sa fille comme avec une poupée agaçait nettement moins l’adolescente. Enfin, la seule entorse à la féminité et un brin de mode était sans doute le sac à dos. Expédition oblige, pas question d’avoir un sac à main qu’on ne sait jamais trop comment porter. Néanmoins, la toile de l’objet était recouverte des dessins aux marqueurs et de quelques macarons plus ou moins originaux – probablement des créations de la demoiselle -.

Eiichi et Mitsu formaient un « couple » qu’il était difficile de manquer. Le jeune homme charmant avec un style impeccable et à la pointe de la mode en toutes circonstances – du moins Mitsu l’imaginait ainsi – et une grande demoiselle qu’on pouvait aisément prendre pour un modèle tant le physique collait à ce qu’on attendait de ce métier. Quelques regards curieux d’ailleurs se tournaient vers eux, avant de reprendre leurs activités. La formalité de l’entrée passée, l’adolescente accepta le bras de son camarade sans trop réfléchir à toute notion de proximité gênante que les jeunes filles en fleur aux cils papillonnant attendaient en soupirant.

- Par quoi désirez-vous commencer, Togawa-sama ? Une attraction tranquille ou partons-nous directement vers le plat de résistance ?

Demanda-elle en pointant nonchalamment un manège dont le seul parcours donnait le tournis et le vertige rien qu’à le voir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Purikura en folie [Mitsu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ginkgo Gakuen :: Hors de l'enceinte de l'école :: Japon-
Sauter vers: